Lili à l’infini…

Création 2019

Marionnettes à fils, sans paroles.
Tout public à partir de 3 ans.

Création, mise en scène et jeu : Valerio Point.
Manipulation et régie technique : Laïs Godefroy ou Johan Pirès.

Collaborations artistiques : Sébastien Guillet, Fabrice Lenormand, Mathilde Chabot, Danièle Virlouvet, Johan Pirès, Léa Bonnaud, Christophe Croès, Boris Lévêque et Laïs Godefroy.

Photographies : Théophane Bouyer.

Soutenu par la commune de Celle l’Evescault, le Conseil Général de la Vienne, la Région Nouvelle-Aquitaine, le Théâtre des Carmes de La Rochefoucauld, la Grange aux Loups et La Machine à Coude.

Ce spectacle bénéficie de l’aide à la diffusion du Conseil Général de la Vienne.

Lili à l’infiniraconte les aventures d’une petite chienne née de l’imaginaire d’un marionnettiste, méticuleux mais plus ou moins habile selon les situations. Il donne vie à Lili, une marionnette à fils faite de bois et de dentelles.

Ces deux personnages burlesques s’amusent ensemble, se jouent l’un de l’autre et tissent une relation de complicité. Ils entraînent le public dans un univers onirique et partagent avec lui leur relation tendre et affectueuse. Des instants d’amitié et d’humour, construits de petits moments de vie. Des moments qui pourraient durer à l’infini, si les plaisanteries d’un petit os facétieux surgissant de sacs en papier, et les caprices d’un phonographe, ne venaient tout perturber…

Note d’intention

Lili est née durant le printemps 2017. Dès ses premiers pas, nous sommes tous deux rapidement allés à la rencontre du public pour imaginer les aventures qui nous attendraient. De ces premières rencontres, est ressorti le lien fort que j’entretenais avec la marionnette, et qui faisait écho à l’animal avec lequel j’ai passé quatorze ans de vie : quatorze ans à s’observer, s’apprivoiser et prendre soin l’un de l’autre. J’ai alors naturellement décidé de travailler sur l’espace relationnel entre l’humain et l’animal domestique.

 J’ai voulu créer un spectacle qui laisse à chacun la place de se raconter son histoire, car au-delà de la relation humain-animal, il est indirectement question des relations en général, des manifestations amicales et affectives entre individus, mais aussi de la manière – ici détournée, avec humour et décalage – de combler un vide. Dans cet univers poétique, qui frôle parfois l’absurde, ce drôle de personnage est en réalité assez seul… Seul, mais pas triste ! Car son imagination et sa capacité à se raconter des histoires – et à y croire ! – vont l’embarquer, et nous avec, dans des situations comiques ou saugrenues qui, sans un mot, nous parlent d’amitié, de complicité et d’imaginaire.

Il me semble que c’est en jouant et en faisant preuve de bienveillance que l’on construit une relation de confiance et de complicité, avec un animal mais aussi dans toute relation. J’ai alors réfléchi le spectacle à partir de petits moments de la vie de tous les jours, de petits bonheurs quotidiens : lancer un bâton, se faire des câlins, se promener, vivre tout simplement…

Lors de nos premières sorties, j’emportais avec nous un sac de croquettes, un os et un phonographe – qui est d’ailleurs devenu un personnage à part entière, prenant l’initiative de se mettre en marche, jouer un vinyl, changer de musique quand bon lui semble, ce qui n’est pas sans perturber Lili et son maître ! A partir de ces éléments, j’ai écrit une histoire et développé une scénographie faite de draps, vêtements et dentelles, de bois, de fils et de sacs en papier. Ils renferment des machineries permettant de donner vie entre autres à de petits os, grâce à des mécanismes actionnés par le régisseur-marionnettiste. Ces petits os, après lesquels Lili ne cesse de courir et qui l’entraînent de rebondissements en rebondissements, symbolisent les petits tracas de la vie, les bobos qui se soignent et n’empêchent pas de vivre et d’avancer. 

La structure de bois englobant l’espace scénique a aussi, en quelque sorte, les caractéristiques d’une marionnette à fils : fils qui serpentent le long du bois et qui relient le poste de régie aux catapultes, sachets, aimants, et autres bricoles à déclenchement manuel qui créent les effets spéciaux du spectacle.

Je souhaitais m’adresser aux enfants et aux adultes, avec un spectacle muet, tranquille, ponctué par de petits évènements surprenants qui donnent son rythme à la pièce. Je voulais qu’il soit tout en tendresse, humour et délicatesse, qu’il ressemble, d’une certaine manière, à la relation que j’avais avec mon animal…

Tech

Intérieur ou extérieur. Jour ou nuit.
Deux personnes en tournée : un marionnettiste + un(e) technicien(ne).
Scène plate : 6 m x 6 m. Hauteur : 2,4 m. Fond et sol noir : apprécié.
Son et lumière : autonome, technicien sur le côté de la scène.
Jauge : sol et chaises : 80 petits derrières. Gradins : beaucoup plus.
Durée d’une représentation : 30 minutes.
Deux représentations par jour, 1 heure minimum entre les représentations.
Préparation : 2 h 00.
Droits : SACEM/SACD
Hébergement : deux chambres individuelles.
Transport au départ de Celle Lévescault (86). Géolocalisation : 46,42587° N, 0,18816° E

Dates

Voir en page d’accueil !